CFE-CGC groupe Orange

La matinale du CEPS avec la CFE-CGC Orange, le 30 avril 2021 : Merouane Debbah, directeur R&D de Huawey France

Par : CFE-CGC Orange | Durée : 1h 29min 42sec | Postée : 30/04/2021 | Chaîne : Les vidéos CFE-CGC groupe Orange
Partager | Exporter | Notez
Lors de cette "Matinale" du Club Télécom organisée par le CEPS et la CFE-CGC d'Orange le 30 avril dernier, Sébastien Crozier, président du syndicat, conclut ainsi les échanges : "La 5G s'inscrit dans une évolution continue, avec chaque fois des enjeux renouvelés." Ajoutant : "On voit aussi cette trame technologique qui montre que la puissance de calcul, les débits et la capacité de stockage sont indissociables (...) pour faire progresser les usages et les potentiels."
C'est que Merouane Debbah, directeur de la R&D de Huawey, en tant que chercheur et expert du domaine, dans sont brillant exposé, présente clairement les caractéristiques et les enjeux d'une technologie dont le potentiel économique pèse des milliards de dollars.
"Les gens s'étonnent que la 5G soit disponible si rapidement" souligne-t-il, expliquant la vitesse du déploiement par le choix d'une couverture "non stand alone". La première phase de couverture reprend en fait très souvent des infrastructures mobiles de la 4G existantes. "Pour la connexion massive et la latence, ce sera plus tard" évoque le chercheur qui voit plutôt vers 2022 / 2023 un déploiement "stand alone" où les points de contacts 5G seront spécifiques.
Cette latence réduite et ces possibilités de connexion massive, qui comprennent l'internet des objets, sont les caractéristiques les plus attendues, et devraient atteindre leur maturité vers 2025 et la version 5.5G, portée notamment par le gaming (les jeux en ligne) et l'économie 4.0 (les activités autour de la finance, du retail, de la télé-médecine...).
Les riches échanges de cette matinale ont permis de comprendre les résistances à ces évolutions technologiques. Le directeur de la R&D de Huawey explique : "nous n'avons pas été assez didactiques." ajoutant : "La 5G est un standard ouvert (...) les gens utilisent déjà des technologies similaires." Une affirmation qu'il illustre avec l'usage du WI-FI qui emploie des fréquences de 60 Ghz.
Enfin, à la question d'une évolution vers la 6G, notant une "fragmentation technologique" qui sur les plans industriels et géopolitiques rendent compliqué l'établissement d'une norme unique internationale répond : "existera-t'elle ? "